Comment demander de l’aide ? | Guide pratique pour apprendre

Comment demander de l’aide ? | Guide pratique pour apprendre

Vous connaissez probablement ce schéma : vous avez un problème, un coup de main vous serait utile, mais vous ne savez pas comment demander de l’aide. D’ailleurs, vous bloquez complètement lorsqu’il s’agit de vous lancer pour obtenir un service, une faveur, un conseil ou du soutien. Mais soyons honnêtes : même si réussir par soi-même est gratifiant, rester coincé sans trouver de solution finit par devenir usant. Vous êtes conscient de ce risque ? Vous en avez marre de gaspiller votre temps et votre énergie à force de jouer individuel ? Alors, suivez le guide pour apprendre à vous tourner vers les autres quand vous avez besoin d’aide !

Pourquoi on ne demande pas d’aide aux autres ?

Vous choisissez toujours de vous débrouiller seul face aux obstacles ? Si vous voulez changer d’état d’esprit pour aller chercher le coup de pouce dont vous avez besoin, vous devez commencer par comprendre pourquoi vous ne sollicitez jamais les autres. Ainsi, qu’est-ce qui nous empêche généralement de demander de l’aide quand nous sommes dans l’impasse ? Voici une liste non exhaustive des principales raisons :

  • la crainte d’être redevable d’un service, de ne pas pouvoir rembourser sa dette et de se sentir inférieur (voire soumis) tant que nous ne sommes pas quittes avec ceux qui nous ont aidés ;
  • la peur de déranger ou d’abuser, car nous ne souhaitons pas dégrader une relation ou embarquer autrui dans nos problèmes ;
  • la volonté de compter seulement sur soi pour paraitre fort et autonome en toute circonstance, mais également pour préserver son égo ;
  • la honte de demander de l’aide, car nous avons l’impression de nous rabaisser et de perdre la face en le faisant ;
  • la peur du jugement ou du changement de regard sur nous (pitié, moquerie, condescendance, etc.) en montrant aux autres nos faiblesses, nos échecs ou notre impuissance ;
  • l’appréhension du non, car nous pensons que notre demande est trop contraignante pour être acceptée ;
  • l’illusion de croire que nos difficultés sont évidentes et que les gens sont suffisamment empathiques pour détecter que nous avons besoin d’aide ;
  • les précédentes sollicitations d’aide infructueuses qui refroidissent à l’idée de recommencer ;
  • le fait de ne pas savoir comment s’y prendre pour aller chercher de l’aide.

Comment surmonter ses blocages pour demander de l’aide à autrui ?

La plupart des raisons qui poussent à ne pas demander de l’aide sont liées à des peurs ou à des croyances limitantes. Beaucoup sont d’ailleurs des anticipations sur le comportement d’autrui. Or, à moins de poser la question ou de posséder les pouvoirs télépathiques du Professeur X, vous ne ferez que supposer ce qui se passe dans la tête de votre interlocuteur. Ainsi, voici 4 recommandations pour surmonter vos blocages et arrêter de chercher des excuses au moment de solliciter un coup de main.

Comment surmonter ses blocages pour demander de l’aide à autrui ?

1. Apprendre à accepter le fait d’avoir besoin d’aide

Jouer à tout prix la carte de l’individualisme quand vous êtes coincé, c’est complètement insensé. À force de ramer seul face à une situation compliquée, vous pouvez facilement mettre en danger votre santé mentale, physique ou émotionnelle si vous ne parvenez pas à vous en sortir.

Ainsi, accepter que vous ayez besoin d’aide est la première étape pour vous laisser épauler. Sans cet état d’esprit, vous peinerez toujours à aller chercher du soutien quand ce sera nécessaire. Si votre réticence à vous appuyer sur les autres est vraiment trop forte, pensez à votre bien-être et aux bénéfices que vous gagnerez sur ce plan en acceptant d’être aidé.

2. Déterminer si sa demande est vraiment raisonnable

Certaines personnes ont réellement besoin de soutien pour faire face à leurs difficultés. Malheureusement, il y a aussi des individus toxiques qui se déchargent systématiquement sur les autres et abusent avec des requêtes démesurées. Le problème, c’est que la crainte d’être considéré comme l’un de ces profiteurs décourage ceux qui ont de vrais soucis à vouloir s’appuyer sur autrui.

Ainsi, dès que vous hésitez à aller chercher de l’aide, déterminez si votre demande est raisonnable. Si vous êtes dans une mauvaise passe et n’arrivez pas à en sortir, c’est très certainement le cas. Alors, agissez rapidement pour obtenir un coup de main !

3. Comprendre que l’altruisme et la solidarité existent chez l’être humain

Lorsque nous demandons de l’aide, nous sous-estimons la probabilité qu’on puisse nous répondre favorablement. Si ce pessimisme vous bloque pour solliciter les autres, vous devez comprendre que l’altruisme est une valeur forte chez l’être humain. En effet, rendre service est un acte gratifiant. Être appelé à la rescousse, c’est la preuve qu’on nous fait confiance, qu’on reconnait nos qualités et qu’on est considéré comme utile.

Il y a aussi une question de perception et d’estime de soi. L’image du bon samaritain qui donne généreusement un coup de pouce est beaucoup plus valorisante que celle de l’égoïste qui se fiche du bien-être d’autrui. Notre société est d’ailleurs construite sur l’entraide et la solidarité. Aide humanitaire, aide sociale, aide médicale, aide psychologique, aide juridictionnelle, aide à la création d’entreprise, etc. : de nombreux services sont mis en place pour accompagner ceux qui en ont besoin.

4. Accepter la possibilité d’une réponse négative à sa demande d’aide

Même si les gens peuvent avoir du mal à dire non, demander de l’aide n’implique pas obligatoirement une réponse favorable. Suite à une sollicitation, chacun est libre d’agir comme il le souhaite et vous devez accepter le refus comme possibilité. Si vous forcez la main, l’autre y mettra de la mauvaise volonté et aucun de vous ne sera gagnant.

Ainsi, si cela arrive, inutile de réclamer des comptes, de vous vexer ou de vous braquer en décidant de ne plus rien demander à personne. Un tas de raisons qui n’ont strictement rien à voir avec vous peuvent expliquer un retour négatif. Par exemple, cela peut être par manque de temps ou de moyen. Le mieux est donc de passer votre chemin et de vous tourner vers quelqu’un d’autre.

Comment solliciter de l’aide quand on a besoin d’un coup de main ?

Si vous voulez qu’on vous prête assistance, l’introspection et le travail pour surmonter vos blocages seront utiles, mais insuffisants. Quand vous serez dans une mauvaise passe, vous ne pourrez pas y échapper : il faudra trouver de l’aide pour vous en sortir. Découvrez donc les bonnes pratiques à respecter pour solliciter les autres lorsque vous aurez besoin d’un coup de main.

Comment solliciter de l’aide quand on a besoin d’un coup de main ?

Déterminer les meilleures personnes à solliciter pour obtenir de l’aide

Lorsque vous avez besoin d’assistance, ne vous précipitez pas en demandant n’importe quoi à n’importe qui. Déterminez les individus les plus à même de vous prêter main-forte selon leur personnalité et leurs capacités. Vous les trouverez dans votre réseau (famille, amis, collègues, etc.), mais pas uniquement.

Des inconnus compétents seront aussi parfois ravis de vous rendre service. D’ailleurs, il se peut que vous soyez plus à l’aise pour demander de l’aide quand vous ne connaissez pas les personnes à qui vous vous adressez. Si vous êtes dans ce cas, les professionnels et les associations sont évidemment là pour vous accompagner et vous porter secours.

Choisir intelligemment son moment pour demander de l’aide

Si vous voulez obtenir l’aide dont vous avez besoin, mettez toutes les chances de votre côté en trouvant le bon moment pour faire votre demande. Interpeller une personne occupée ou pressée est une mauvaise idée. Son attention étant déjà prise, vous la dérangerez. Au mieux, elle vous dira oui sans vraiment vous écouter. Au pire, elle vous enverra balader avec agacement.

Évitez également les sollicitations en coup de vent. Les gens ne sont pas à votre service. Ils auront probablement des questions et la moindre des choses sera de prendre le temps d’y répondre. Ainsi, avant de faire votre requête, assurez-vous que chacun soit disposé à bien communiquer. Si vous n’êtes pas disponibles au même moment, essayez de convenir d’un créneau pour faire votre demande posément ou tournez-vous simplement vers quelqu’un d’autre.

Formuler sa requête de manière claire, précise et positive

Les gens ne vont pas s’amuser à jouer aux devinettes avec vous. Que vous ayez besoin d’un conseil, d’un service, d’un coup de pouce ou encore d’un soutien moral, ne tournez pas autour du pot. Formulez votre requête de manière claire et précise. Les allusions floues par manque de confiance ou les demandes vagues sous forme de reproches font d’ailleurs partie des meilleures stratégies pour ne pas obtenir exactement ce que vous voulez.

En revanche, même si vous devez expliquer à l’autre ce que vous attendez concrètement de lui et en quoi son aide sera précieuse, ne rentrez pas dans des justifications interminables. Restez également positif dans votre discours. L’autorité et les exigences n’ont pas leur place ici. À l’inverse, s’excuser lourdement et surjouer la victime ne sont pas non plus de bonnes idées. Vous risquez surtout de faire peur à votre interlocuteur en lui donnant l’impression qu’il a soudainement le poids de l’univers sur ses épaules.

Comment demander de l’aide : le mot de la fin

Nous arrivons à la fin de ce guide pratique pour apprendre à demander de l’aide. Vous possédez désormais toutes les cartes en main pour solliciter correctement les autres quand vous aurez besoin d’assistance. Pour conclure, voici un ultime conseil à suivre lorsque quelqu’un vous sortira d’une situation difficile : soyez reconnaissant et dites merci. Ça vous semble peut-être naturel, mais il est toujours bon de le rappeler !

Cet article vous a plu ? Partagez ! Pour aller plus loin en matière de développement personnel, je vous invite à télécharger mon livre blanc 15 min pour apprendre à libérer votre potentiel et à me suivre sur LinkedIn.

Dire ce qu’on a sur le cœur : un exercice délicat… mais vital !

Dire ce qu’on a sur le cœur : un exercice délicat… mais vital !

Vous peinez à dévoiler vos pensées ou vos ressentis ? Vous esquivez toujours les sujets sensibles ? Alors, vous le savez parfaitement : dire ce qu’on a sur le cœur est un exercice délicat, voire parfois gênant. En plus de devoir trouver les mots justes, il faut prendre son courage à deux mains pour mettre à nu ses émotions. Ce constat se vérifie quand il s’agit d’exprimer un désaccord, un agacement, un mal-être ou une déception. Toutefois, il est aussi fréquent d’avoir du mal à complimenter ou à réconforter les autres. Pourquoi est-ce compliqué de communiquer franchement sur ses sentiments ? Pourquoi oser parler de ce qui nous pèse est-il si vital ? Comment s’y prendre pour dire la vérité aux gens ? Décryptage.

Dire ce qu’on a sur le cœur : pourquoi hésitons-nous ?

Dans nos vies personnelles et professionnelles, se confronter aux autres pour leur dire ce qu’on a sur le cœur peut donner l’impression d’être aussi vulnérable que Superman face à la kryptonite. Par anticipation des conséquences potentielles, nous communiquons donc avec une extrême prudence sur nos sentiments. Pourquoi sommes-nous inhibés au moment de parler en toute transparence ? D’où vient ce manque de confiance pour s’exprimer ? Explications.

Une éducation qui empêche d’oser dire tout ce qu’on pense

La vérité sort de la bouche des enfants. Si l’on prononce souvent cette phrase, c’est parce que ces deniers ne sont pas encore formatés. Grâce à leur innocence, ils osent dire sans retenue ce que les adultes ont appris à garder pour eux-mêmes. Mais voilà : plus nous grandissons, plus l’éducation reçue joue un rôle majeur dans notre capacité à exprimer nos émotions. Elle nous conditionne à parler avec franchise ou à tenir notre langue. Ainsi, si l’on vous a inculqué que toute vérité n’est pas bonne à dire, qu’on n’aime pas les gens qui se plaignent, qu’il faut rester mesuré pour éviter de froisser les autres, qu’il est important de prendre sur vous ou que vous devez toujours respecter la hiérarchie, vous peinerez à communiquer ce que vous avez sur le cœur.

Quelques mauvaises expériences de franchise qui rendent plus prudent

Des expériences malencontreuses en matière de franchise expliquent que nous soyons peu enclins à dire ce que nous avons sur le cœur. Il suffit que notre honnêteté soit mal acceptée une fois pour nous refroidir à faire preuve de transparence. Ainsi, si vous recevez des remontrances ou des moqueries après avoir donné votre avis sur une situation ou dévoilé ce que vous ressentez, vous deviendrez probablement plus prudent. Plutôt que de vous mouiller, vous resterez en retrait pour éviter un conflit. À l’inverse, si vous avez subi des propos blessants de la part d’une personne trop cash, vous ne voudrez pas infliger la même douleur à autrui. Au lieu de parler ouvertement, vous aurez alors tendance à vous taire.

La peur du regard des autres qui pousse à l’auto-censure

La peur du regard des autres empêche de dire ce qu’on pense réellement. En effet, quand nous sommes en désaccord avec l’avis général, rester silencieux pour cacher son opinion ou ses ressentis est une pratique tentante. Par crainte d’être jugés négativement ou de passer pour un Caliméro, certains se font un monde dans leur tête et adoptent ce comportement comme un réflexe. En fait, ceux qui fonctionnent ainsi ne veulent pas être rejetés et ont du mal à accepter les critiques. Ils souhaitent plaire à tout prix. Même s’ils le vivent difficilement, ils préfèrent donc prendre sur eux et s’auto-censurer pour ni choquer, ni agacer, ni donner une mauvaise impression.

Dire ce qu’on a sur le cœur : pourquoi hésitons-nous ?

Pourquoi oser dire ce qu’on a sur le cœur ?

Quelque chose vous chagrine ? Vous ne dites rien, mais n’en pensez pas moins ? Ce n’est pas en restant silencieux que vous changerez quoi que ce soit. Si vous gardez ce qui vous pèse sur le cœur, la situation peut même empirer. Ainsi, voici les raisons pour lesquelles il faut oser exprimer ses ressentis quand cela compte et vaut vraiment la peine de se battre.

Préserver son bien-être et son estime de soi

Lorsque nous vidons notre sac, nous nous libérons d’une charge émotionnelle qu’il est difficile de contenir sans mettre en péril notre bien-être. En matière d’épanouissement personnel, dire ce qu’on a sur le cœur s’avère donc bénéfique. Les individus qui expriment ce qu’ils pensent s’empoisonnent d’ailleurs beaucoup moins l’esprit. En extériorisant, ils apaisent leur conscience et deviennent plus détendus. À l’inverse, ceux qui gardent tout pour eux ruminent et se frustrent. À force de cogiter et de ressasser intérieurement sans jamais s’affirmer oralement, ils finissent par entamer leur confiance et perdre en estime d’eux-même. Bref, si vous ne voulez pas sombrer là-dedans, osez communiquer avec plus de transparence !

Se faire comprendre par les autres sans ambiguïté

Ne jamais dire ce qu’on a sur le cœur peut laisser supposer aux autres que tout va bien, que rien ne nous gêne, voire que nous sommes d’accord. Alors, méfiez-vous du signal ambigu que vous envoyez en vous taisant ! Que ce soit conscient ou non, le silence vaut acception dans l’esprit de certains. Ainsi, moins vous exprimez ce que vous pensez, plus les individus qui abusent risquent de continuer. Et puis, ne surestimez pas non plus le côté empathique des gens. Ceux qui ne détectent pas vos ressentis resteront dans l’ignorance tant que vous ne leur ferez pas comprendre clairement.

Éviter une guerre froide qui risque de dégénérer en conflit ouvert

Quand quelque chose de pénible nous pèse sur le cœur, éviter l’affrontement direct nourrit la frustration, voire la rancœur. Alors, faites attention ! En gardant le silence, vous pourriez en arriver à mener une guerre froide contre une personne sans qu’elle ne le sache. Le problème, c’est qu’un jour la pression deviendra trop forte. Comme une cocotte-minute ou une bombe à retardement, vous finirez par exploser. Vos vérités sortiront brutalement et maladroitement. Le ton montera et les remarques fuseront. Alors qu’une conversation franche et respectueuse aurait sûrement réglé le sujet dès le départ, la situation risquera finalement de dégénérer en conflit ouvert.

Comment dire ce qu’on a sur le cœur avec intelligence ?

Vous êtes enfin prêt à exprimer franchement vos sentiments, mais avez peur de vous y prendre maladroitement ? Pas de panique ! Découvrez immédiatement la marche à suivre pour dire ce qu’on a sur le cœur avec intelligence.

Respecter ses émotions pour dire les choses qui comptent avec franchise

Dire ce qu’on a sur le cœur, c’est lié aux émotions. Il y a une dimension passionnelle qui dépasse la raison. C’est un comportement plus profond que donner son avis sur un sujet. Une opinion est réfléchie, un sentiment est éprouvé. Ceux qui ne perçoivent pas la nuance ont tendance à vouloir rationaliser leurs émotions avant de les délivrer. Or, pour pouvoir exprimer vos ressentis par le langage, vous n’avez pas besoin de les justifier. Vous devez surtout les comprendre et les respecter pour être à l’aise avec eux. Ainsi, plus vous serez en harmonie avec vos sentiments, plus vous serez en mesure de les extérioriser avec tact et de vous affirmer avec franchise.

Comment dire ce qu’on a sur le cœur avec intelligence ?

Développer son assertivité pour s’exprimer et s’affirmer sans vexer

Comment dire ce qu’on a sur le cœur sans se censurer, ni blesser son interlocuteur ? En faisant preuve d’assertivité ! Ni passive ni agressive, cette méthode de communication équilibrée consiste à affirmer ses sentiments et défendre ses droits de manière claire et directe, tout en respectant ceux d’autrui. Si vous développez cette faculté, vous n’aurez plus à fuir les discussions pénibles ou garder le silence par peur du retour de bâton. Vous saurez interagir et vous faire entendre sans vous laisser marcher dessus, ni offusquer qui que ce soit. Des conseils pour acquérir ce super-pouvoir ? Voici les 5 plus importants :

  1. prendre conscience que chacun a le droit au respect ;
  2. bannir les comportements de violence, de manipulation ou de chantage affectif ;
  3. s’intéresser aux gens pour éviter les a priori et les suppositions inhibitrices ;
  4. se mettre à la place des autres pour mesurer les conséquences de vos propos ;
  5. exprimer clairement, calmement et positivement ce que vous avez à dire.

Se préparer à dire ce que l’on pense pour se donner du courage

Lorsqu’on est peu habitué à dire ce qu’on a sur le cœur, il est compliqué de trouver les bons mots dans le feu de l’action. Pour être plus détendu et ne pas se décourager, la meilleure stratégie consiste à se préparer avant de se lancer. Dans cette optique, clarifiez :

  • ce que vous ressentez vraiment ;
  • le message que vous voulez faire passer ;
  • la manière dont vous souhaitez vous exprimer.

Entrainez-vous aussi à utiliser des formules affirmatives et précises comme « je veux », « j’ai besoin » ou « j’estime ». Ces dernières vous permettront d’appuyer sans ambiguïté sur ce qui est important. Enfin, anticipez les principales contestations ou questions que vous pourrez recevoir et pensez à vos meilleurs arguments pour y répondre avec conviction.

Dire ce qu’on a sur le cœur : le mot de la fin

Dire ce qu’on a sur le cœur ou pas : désormais, vous savez non seulement pourquoi vous devez oser exprimer vos ressentis, mais également comment partager intelligemment votre point de vue et vos sentiments. En revanche, même si vous prenez confiance après être passé à l’action, ne vous enflammez pas ! Parler c’est bien, mais dans une discussion vous n’êtes pas tout seul. Sans vous écraser, il faudra donc aussi savoir écouter et parfois mettre un peu d’eau dans votre vin.

Cet article vous a plu ? Partagez ! Pour aller plus loin en matière de développement personnel, je vous invite à télécharger mon livre blanc 15 min pour apprendre à libérer votre potentiel et à me suivre sur LinkedIn.

Avoir du charisme : comment développer ce super-pouvoir ?

Avoir du charisme : comment développer ce super-pouvoir ?

Marre d’être totalement ignoré par vos collègues ? Ras le bol que votre entourage ne prenne jamais vos idées au sérieux ? Avoir du charisme, ce n’est pas toujours inné. Si vous peinez à capter l’attention et vivez mal cette situation, vous devez muscler votre pouvoir d’attraction. En réveillant votre aura magnétique, vous possèderez un atout qui changera votre vie : vous deviendrez plus attirant, séduisant, influent et fédérateur. Aux yeux des autres, vous inspirerez confiance et forcerez le respect. Alors, prêt à passer du côté des charismatiques ? Comment développer son charisme : apprenez-le en lisant cet article !

Être charismatique : un super-pouvoir énigmatique convoité pour son aura magnétique

Les personnes charismatiques se démarquent des autres et sont facilement identifiables. En revanche, la notion de charisme reste compliquée à expliquer. Son origine semble même parfois plus mystique que la célèbre Force des Jedi. Pourtant, si vous souhaitez devenir charismatique, vous devez commencer par comprendre ce que signifie réellement « avoir du charisme ». C’est donc parti pour quelques éclaircissements !

Qu’est-ce que le charisme ?

Personne ne s’accorde vraiment sur une seule définition du charisme. L’Académie française met en avant le sens théologique de la notion : « Don de Dieu ». Elle précise ensuite qu’il s’agit par extension du « rayonnement personnel d’un meneur d’hommes ».

Selon Le Robert, ce serait plutôt la « qualité d’une personnalité qui a le don de plaire, de s’imposer, dans la vie publique ». D’après le Larousse, on devrait le considérer comme une « influence sur les foules d’une personnalité dotée d’un prestige et d’un pouvoir de séduction exceptionnels ».

Si l’on se fie à ces dictionnaires, nous pouvons dire que le charisme est une faculté qui rend un individu fascinant, captivant, voire envoutant. En conséquence, il lui permet d’attirer et d’inspirer les gens qui l’entourent pour les pousser à agir d’une certaine manière.

Comment savoir si l’on a du charisme ?

Avoir du charisme ou non, c’est compliqué à déterminer. Pour savoir si vous possédez cette capacité tant convoitée, le mieux est d’analyser deux points de vue :

  • celui des personnes qui exercent un pouvoir d’attraction ;
  • celui des personnes influencées par le charisme d’autrui.

Les charismatiques n’ont pas besoin de forcer ou de manipuler pour attirer facilement. Certains ne savent même pas comment ils font. Ils sont juste conscients qu’ils n’ont aucun mal à nouer des relations, séduire, charmer, fédérer, motiver, influencer, convaincre, etc.

D’ailleurs, beaucoup ne se revendiquent pas charismatiques. C’est seulement la perception des autres qui va confirmer cette hypothèse. Si les gens vous trouvent attirant, captivant ou fascinant, vous le remarquerez dans leurs comportements : ils vous admireront, copieront, écouteront, suivront, etc.

Avoir un charisme naturel vs Développer son charisme

Certaines personnes semblent avoir reçu leur charisme comme un don à la naissance. Par exemple, N’Golo Kanté est l’un des footballeurs les plus appréciés et respectés au monde. C’est même l’un des rares à faire l’unanimité. Travailleur infatigable sur le terrain et homme discret en dehors, il ne cherche jamais à se mettre en avant. Et pourtant, il attire inévitablement la lumière sur lui. Pourquoi ? Parce que son attitude, sa mentalité, son énergie et ses performances exceptionnelles lui confèrent un côté sympathique, fiable et rassurant.

Avoir un charisme naturel vs Développer son charisme

Plus précisément, il renvoie une image captivante à travers son sourire, sa gentillesse, son humilité, son dévouement, sa sérénité, son dépassement de soi et son esprit d’équipe. Il y a aussi un grand contraste entre sa modestie et ses succès. Et puis, même s’il sait qu’il est considéré comme un modèle, il n’en parle jamais. Tout cela, c’est la preuve de son charisme naturel. Cette illustration démontre également qu’attirer les autres ne dépend pas d’un statut hiérarchique ou d’une autorité accordée.

Avoir du charisme, c’est un super-pouvoir rattaché à l’individu. Ce n’est pas lié à sa fonction. Dans une entreprise, un collaborateur peut être plus captivant ou fédérateur que le PDG. Mais attention ! De nombreux dirigeants sont devenus plus charismatiques en travaillant leur comportement et leur communication. Désormais, ils rayonnent et inspirent davantage la confiance. Alors, même si ce n’est pas inné, vous pouvez développer votre charisme !

Comment avoir du charisme : les 7 préceptes pour accroitre son pouvoir d’attraction

Vous l’avez compris : les personnes charismatiques dégagent une aura magnétique extrêmement puissante. Elles sont empathiques, suscitent l’admiration, rassemblent et influencent les gens avec une facilité déconcertante. Vous désirez accroitre votre pouvoir d’attraction ? Découvrez les 7 préceptes incontournables pour développer son charisme !

1. Sortir de sa zone de confort pour gagner en assurance

Quand nous hésitons, les gens ressentent notre énergie vacillante et n’ont pas envie de nous suivre. Afin d’avoir du charisme, vous devez donc développer votre confiance en vous. Et pour cela, il faudra sortir de votre zone de confort. Alors, jetez-vous à l’eau ! Face à l’inconnu, vous serez obligé de prendre des initiatives. Vous affinerez votre sens de l’analyse et comprendrez comment fonctionnent les choses. Chaque succès augmentera votre assurance et diminuera vos appréhensions des situations nouvelles. Moins nerveux et plus calme, vous deviendrez rassurant.

2. Mieux se connaitre pour dégager plus de sérénité

Apprendre à se connaitre, c’est essentiel pour se sentir à l’aise dans ses baskets. Si vous identifiez vos forces, vos faiblesses, vos talents, vos défauts, vos envies, vos peurs, vos valeurs, vos croyances, vos opinions, vos préférences et tout ce qui vous rend unique, vous saurez sur quoi vous pouvez capitaliser ou progresser. Avec moins de doutes et plus de certitudes en tête, vous dégagerez une forte impression de sérénité. Aux yeux des autres, vous semblerez alors en contrôle total de vous-même.

3. Être soi-même pour inspirer confiance et respect

Les charismatiques ne s’attendent pas à ce que les autres soient d’accord avec eux. Ils font des choix en adéquation avec leur personnalité et assument. Plus ils se comportent ainsi, plus ils paraissent authentiques. D’ailleurs, comme l’a dit Rousseau : « Qui cherche à plaire à tous ne doit plaire à personne. » Alors, si vous voulez obtenir la confiance des gens, soyez intègre. Vous pouvez réfléchir avant de parler, mais dites toujours ce que vous pensez réellement. En vous libérant du « politiquement correct », vous donnerez du relief à votre personnalité et gagnerez le respect de ceux qui s’identifient à vous.

4. Maitriser sa communication verbale pour capter l’attention

L’éloquence est un pilier pour avoir du charisme. Si vous voulez captiver, il faudra maitriser votre communication verbale. Sur la forme, votre devrez travailler votre prononciation, votre accent, votre timbre de voix, votre ton, vos intonations, votre débit, votre rythme, votre volume, vos tics de langage et même votre utilisation des pauses. Affirmez-vous aussi en employant des termes forts comme « je veux », « je sais » ou « je vais ».

Maitriser sa communication verbale pour capter l’attention

Sur le fond, vous devrez apprendre à converser de manière passionnante. Plus vous serez connecté à vos émotions, plus vous fascinerez. Ainsi, la meilleure tactique pour stimuler l’attention et tenir en haleine vos interlocuteurs consiste à raconter des histoires ou des anecdotes. La cerise sur le gâteau, c’est de rajouter une dose d’humour (voire d’autodérision) avec finesse. Si vous n’êtes pas à l’aise dans l’exercice, des cours de théâtre ou des formations vous aideront à progresser rapidement.

5. Travailler son langage corporel pour booster sa prestance

Si les gens perçoivent un décalage entre votre gestuelle et vos propos, ils se méfieront de vous. Vous devez donc améliorer votre langage corporel pour que votre niveau de prestance s’accorde avec votre discours. Tout commence avec une bonne posture. Une personne charismatique se tient droite, utilise bien ses mains et occupe l’espace. Sa démarche montre de la détermination. Alors, redressez-vous, décroisez les bras et contrôlez vos tics de nervosité ! Vous pouvez adopter des poses de pouvoir, mais évitez l’arrogance.

Soignez également votre poignée de main. Elle doit être ferme, vive et respectueuse. Par ailleurs, regardez vos interlocuteurs dans les yeux et souriez. Inutile de fixer avec insistance, de dévisager ou de forcer votre smile. Un regard charismatique doit capter l’attention sans paraitre gênant ou intrusif. Enfin, pour transmettre une belle énergie à travers votre communication non verbale, soyez en forme. La recette : bien dormir, bien manger et bien s’entretenir !

6. Garder une part de mystère pour susciter l’intérêt

Inutile d’être une pipelette pour avoir du charisme ! Si l’on peut lire en vous comme dans un livre ouvert, la magie s’estompera et votre aura magnétique perdra de son éclat. Au contraire, le mystère est très attractif. En laissant une zone de floue, vous vous placerez au centre des débats et susciterez l’intérêt des gens. Vous jouerez clairement sur leur imagination. Ils seront intrigués, se poseront des questions et parleront de vous. Ils voudront vous découvrir et vous comprendre. Dès que vous leur dévoilerez une nouvelle part de vous, ils se sentiront comblés, voire privilégiés. À long terme, cette stratégie permettra aussi de maintenir l’attention sans paraitre répétitif et ennuyeux.

7. Se montrer empathique, chaleureux et enthousiaste pour rassembler

Même s’ils peuvent sembler intimidants, les charismatiques ne sont pas condescendants. Ils accordent beaucoup d’importance aux personnes. Quand vous discutez avec eux, ils vous écoutent attentivement. Ils font notamment l’effort de retenir votre prénom. C’est cet intérêt sincère pour les gens qui leur permet de rassembler autant. Alors, traitez les autres en tant qu’égaux. Valorisez-les et encouragez-les. Si vous êtes en désaccord avec eux, laissez-les s’exprimer et soyez ouvert d’esprit. L’important n’est pas d’avoir raison. Ce qui compte pour fédérer autour de soi, c’est de mettre tout le monde à l’aise en faisant preuve d’empathie, de chaleur humaine et d’enthousiasme.

Avoir du charisme : le mot de la fin

Comment avoir du charisme ? Vous connaissez désormais la recette pour accroitre votre pouvoir d’attraction. Néanmoins, devenir plus charismatique n’est pas une finalité en soi. Vous devez cultiver votre aura magnétique au quotidien. Alors, faites comme les super-héros :

  • agissez avec optimisme, exemplarité et bienveillance ;
  • tenez compte des autres sans dépendre de leur admiration ;
  • entretenez votre part de mystère.

Cet article vous a plu ? Partagez ! Pour aller plus loin en matière de développement personnel, je vous invite à télécharger mon livre blanc 15 min pour apprendre à libérer votre potentiel et à me suivre sur LinkedIn.

Comment bien travailler ? | 5 clés pour performer sur la durée

Comment bien travailler ? | 5 clés pour performer sur la durée

Vous peinez à bien travailler sur la durée ? Vous êtes irrégulier dans la performance ? Votre capacité à rester au niveau est même constamment remise en question ? Pas de panique ! Avec quelques ajustements dans votre organisation personnelle et professionnelle, vous pourrez booster votre productivité en préservant le plaisir, la motivation et l’énergie. Prêt à relever le challenge pour remplir vos objectifs à long terme ? Découvrez les 5 clés qui vous permettront d’être plus efficace au travail !

1. Écouter son horloge biologique : la clé pour se mettre au travail efficacement

Nous possédons tous une horloge biologique qui nous impose de respecter un rythme circadien. Les fonctions de notre organisme sont régulées pour s’orchestrer selon des cycles d’environ 24 heures. À cause de cette mécanique, nous sommes fatigués, réactifs, attentifs, motivés ou capables de mieux mémoriser à des moments précis de la journée.

La subtilité, c’est que chacun possède son propre rythme interne. Il est influencé par une multitude d’éléments environnementaux et comportementaux, dont la lumière, la température, l’alimentation ou la pratique sportive. Pour combattre la flemme et réussir à travailler efficacement, vous devez donc écouter les signaux envoyés par votre corps et suivre votre horloge personnelle. Si vous ignorez ce conseil, vous peinerez à performer durablement. Alors, réfléchissez :

  • Êtes-vous plutôt du matin ou du soir ?
  • Quels sont vos horaires habituels de sommeil ?
  • Quand avez-vous généralement faim ?
  • Ressentez-vous le fameux coup de barre du début d’après-midi ?

Posez-vous ce genre de questions pour identifier les instants où vous êtes aussi fringant que Flash et ceux où vous avez régulièrement des baisses de régime. Grâce à cet exercice, vous pourrez vous organiser pour effectuer les tâches essentielles et intenses (mentalement, physiquement et émotionnellement) sur les plages qui correspondent à vos pics d’énergie et de concentration. À l’inverse, vous réaliserez les actions mineures lorsque vous serez moins vif pour bien travailler.

2. Planifier son travail et prévoir des pauses : la clé pour économiser de l’énergie

Faire des choix, c’est épuisant ! Pour éviter la fatigue décisionnelle et garder votre cerveau frais au boulot, planifiez rigoureusement votre travail en fonction d’objectifs SMART (Spécifique, Mesurable, Accessible, Réalisable et Temporellement défini). Avec cette stratégie, vous ne perdrez plus d’énergie à vous demander sans cesse quoi faire. Vous en économiserez même beaucoup pour être plus performant sur les tâches importantes et intenses.

Afin de concevoir votre planning, libérez votre esprit en établissant une liste claire et précise des choses à effectuer le lendemain. Positionnez ensuite vos activités extra-professionnelles sur les créneaux où vous êtes moins vigoureux. Vous bloquerez ainsi vos meilleures plages de performance pour bosser. Si vous voulez être efficace au travail, prévoyez des pauses pour souffler. Ces bulles de respiration s’avèreront essentielles pour rester productif. En matière d’organisation, vous pouvez vous inspirer de méthodes ayant fait leurs preuves comme :

  • la technique Pomodoro (20 minutes de travail et 5 minutes de pause + un break de 20 minutes après 4 cycles) ;
  • le 52/17 (52 minutes de travail et 17 minutes de pause) ;
  • les sessions de 90 minutes (90 minutes de travail et 17 minutes de pause).

Planifier son travail et prévoir des pauses : la clé pour économiser de l’énergie

En suivant ce plan, vous aurez une vision réaliste du temps à votre disposition pour bien travailler. Et comme il n’est pas extensible, vous serez obligé de prioriser vos actions. Dans cette optique, si vous souhaitez éviter les surcharges, supprimez ou déléguez les tâches qui n’apportent aucune valeur ajoutée. Concentrez vos efforts sur celles qui sont indispensables à la réalisation de vos objectifs.

Si ces dernières vous paraissent trop complexes, divisez-les en plusieurs parties. Programmez-les en fonction de l’urgence et traitez-les une par une. Trop néfastes, les comportements multitâches nuisent à la concentration, provoquent des allers-retours contre-productifs et conduisent à la procrastination. En revanche, si vous voulez combattre l’ennui et les risques de saturation, variez les plaisirs dans votre agenda.

3. Assainir son environnement professionnel : la clé pour optimiser sa faculté à bien travailler

Un environnement professionnel sain est crucial pour rester concentré et booster son efficacité au travail. Si vous souhaitez atteindre votre meilleur niveau, vous devez donc écarter les distractions susceptibles de saper votre productivité. Des activités comme répondre à ses messages (ou ses appels), surfer sur le Web, trainer sur les réseaux sociaux ou regarder des vidéos sont addictives et sources de procrastination. Alors, faites le nécessaire pour ne pas être dérangé quand vous bossez :

  • isolez-vous dans un endroit calme ;
  • éteignez vos appareils ;
  • mettez votre téléphone en silencieux ;
  • bloquez vos notifications ;
  • fermez votre boite mail ;
  • coupez votre connexion internet ;
  • etc.

Si vous désirez performer sans gaspiller votre énergie, il faut également optimiser votre espace et vos conditions de travail. Ainsi, assurez-vous de posséder le matériel adéquat pour réaliser vos tâches. Vos outils doivent être fonctionnels, adaptés et simples d’utilisation. Vous passez vos journées assis devant un ordinateur ? Attention aux mauvaises postures et à la fatigue visuelle ! Une chaise et un éclairage bien réglés vous apporteront évidemment plus de confort que l’inverse.

Toujours dans cette logique de bien travailler, le rangement et l’organisation vous feront gagner un temps précieux. Alors, facilitez l’accès aux éléments dont vous avez besoin. Derniers points de vigilance : ayez une communication agréable, respectez les autres et soyez clairs pour limiter les incompréhensions. Ça vous évitera de revenir inutilement sur des tâches mal effectuées !

4. Équilibrer sa vie pro avec sa vie perso : la clé pour allier performance et plaisir au travail

Jeannie Longo, Roger Federer, Cristiano Ronaldo, etc. Si ces athlètes ont pu enchainer les victoires et maintenir un tel niveau aussi longtemps, c’est parce qu’ils ont compris une chose essentielle : équilibrer sa vie professionnelle avec sa vie personnelle est l’un des secrets pour performer sur la durée. Ces grands bosseurs savent que tout est connecté. Si leur carrière avait posé des problèmes en privé, ils auraient été perturbés. En plombant leur moral, les soucis personnels auraient amené des difficultés à se motiver au travail, une perte de plaisir, un relâchement des efforts et un déclin plus rapide.

Évidemment, le dosage n’est pas le même pour tous. Entrainée par son mari, Longo partageait ses objectifs professionnels avec lui. Federer et Ronaldo sont tous les deux pères de quatre enfants. Le tennisman suisse planifie son calendrier en fonction de sa famille, tandis que le footballeur portugais est réputé pour son style de vie millimétrée. Certes, ils ont des personnes pour les accompagner, mais encore faut-il savoir bien s’entourer.

Équilibrer sa vie pro avec sa vie perso : la clé pour allier performance et plaisir au travail

Pour allier performance et plaisir à long terme, c’est donc à vous de trouver le bon équilibre entre vos plannings pro et perso. Mais attention ! L’idée n’est pas de tout caser en forçant. Inutile de vous imposer un rythme « Métro, Boulot, Dodo ». Pour bien travailler au quotidien, vous devez faire des choix qui vous permettent d’être serein, motivé et épanoui. Si vous avez besoin d’aménagements d’horaires ou de journées en télétravail, sollicitez le changement. Si vous voulez passer du temps en famille ou avec vos amis, faites-le aussi.

Enfin, surveillez votre hygiène de vie. Votre alimentation, votre sommeil et vos activités sportives sont des éléments à prendre au sérieux pour rester productif. Après tout, bien dormir, bien manger et bien s’entretenir, c’est comme faire le plein de votre voiture : vous irez plus loin avec le bon carburant dans le réservoir !

5. Miser sur l’entraînement et l’apprentissage continu : la clé pour muscler son niveau de performance

Que votre travail requière des facultés physiques, techniques ou intellectuelles, l’entraînement sera nécessaire pour rester au top pendant longtemps. Plus vous exercerez vos talents et vos compétences, plus vous affinerez vos capacités et musclerez votre niveau de performance.

Néanmoins, ne vous éparpillez pas ! À l’image des sportifs, des musiciens ou des chirurgiens, vous devez répéter vos gammes pour gagner en aisance et exploiter votre potentiel durablement. Comme l’a dit Bruce Lee : « Je ne crains pas l’homme qui a pratiqué 10 000 coups une fois, mais je crains l’homme qui a pratiqué un coup 10 000 fois. » Ainsi, focalisez vos exercices sur les aptitudes clés à maitriser. En matière de bénéfices, reproduire régulièrement les mêmes opérations vous apportera aussi les avantages suivants :

  • une hausse de la mémorisation et de la concentration grâce à la constance de l’entrainement ;
  • un gain de temps et une réduction de la fatigue décisionnelle grâce à la création d’automatismes ;
  • une motivation décuplée et un plaisir au travail boosté grâce à la sensation de progrès ;
  • une confiance en soi renforcée et une meilleure gestion des émotions grâce à l’expérience acquise.

Lorsque vous devenez excellent, continuez à suivre vos actions. Si vous rencontrez un problème ou une limite qui vous empêche de bien travailler, analysez la situation. Si vous commettez des erreurs, interrogez-vous. Vouloir s’améliorer n’est pas honteux. Même l’élite cherche constamment à se perfectionner. Avec des environnements politiques, économiques, sociologiques, technologiques, écologiques et légaux qui évoluent sans cesse, la formation et l’apprentissage continu sont d’ailleurs fondamentaux pour s’adapter aux changements.

Comment bien travailler : le mot de la fin

Vous vouliez savoir comment bien travailler ? Vous vous demandiez comment gagner en efficacité et en régularité ? Si vous avez tout suivi jusqu’ici, vous possédez les 5 clés du succès :

  1. Écouter son horloge biologique ;
  2. Planifier son travail et prévoir des pauses ;
  3. Assainir son environnement professionnel ;
  4. Équilibrer sa vie pro avec sa vie perso ;
  5. Miser sur l’entrainement et l’apprentissage continu.

Maintenant, c’est à vous de jouer ! Passez à l’action sans attendre pour être performant au travail et devenir plus productif à long terme.

Cet article vous a plu ? Partagez ! Pour aller plus loin en matière de développement personnel, je vous invite à télécharger mon livre blanc 15 min pour apprendre à libérer votre potentiel et à me suivre sur LinkedIn.

Comment être en forme le matin ? | 3 axes de travail

Comment être en forme le matin ? | 3 axes de travail

Vous ne bondissez pas vraiment comme un kangourou pour sortir du lit chaque matin ? Vous êtes plutôt le champion pour rester quelques minutes supplémentaires sous la couette ? Soyons clairs : même si nous sommes inégaux en matière de sommeil, la fatigue matinale est un phénomène assez commun. Nos modes de vie trépidants nous poussent souvent à négliger notre horloge biologique. Le problème, c’est que si vous ne respectez pas vos rythmes naturels, vous brisez votre mécanique interne. Pour ne pas mettre votre organisme dans le rouge, vous devez donc réapprendre à dormir, vous coucher et vous réveiller correctement. Comment être en forme le matin ? Découvrez les 3 axes de travail pour se sentir au top dès les premières lueurs du jour !

1. Apprendre à mieux dormir pour être en forme le matin

Parfaite quantité et excellente qualité de sommeil : les deux sont capitales pour se réveiller en forme le matin. Dans ce sens, votre premier axe de travail sera d’apprendre à mieux dormir la nuit pour recharger complètement les batteries.

Comment dormir suffisamment pour bien récupérer ?

Combien de temps faut-il dormir pour être en forme le matin ? La réponse dépend des besoins de chaque individu. Même si la moyenne se situe entre 6 et 9 heures, 5 heures seront suffisantes à certaines personnes pour sortir du lit avec la patate. Au contraire, il peut falloir 10 heures à d’autres pour récupérer correctement. Quelle que soit votre durée idéale, vous devrez l’évaluer précisément et la respecter systématiquement pour avoir la pêche au réveil.

Afin de régler votre cycle de sommeil, levez-vous également tous les jours à la même heure. Selon le temps nécessaire pour vous reposer la nuit, vous déterminerez alors le moment auquel vous coucher le soir. Évidemment, restez attentif aux signaux envoyés par votre corps. Par exemple, si vous bâillez ou ressentez de la fatigue, allez au lit sans tarder pour ne pas rater le train du sommeil. À l’inverse, ne vous rendormez pas si vous vous réveillez plus tôt que prévu. Cela signifie simplement que vous êtes assez requinqué pour attaquer la journée.

Comment favoriser un sommeil récupérateur ?

Vous voulez que votre sommeil soit réellement récupérateur ? Alors, vous devez créer un environnement sain pour dormir dans d’excellentes conditions. Ainsi, assurez-vous que votre matelas et votre oreiller vous apportent un confort optimal. Une literie de qualité vous offrira en effet le soutien nécessaire pour maintenir parfaitement votre colonne vertébrale et vos cervicales. Vous pourrez donc vous détendre complètement sans craindre de vous réveiller avec un mal de dos ou un torticolis.

Pour passer de bonnes nuits et maximiser vos chances d’être en forme le matin, pensez aussi à :

  • garder votre chambre fraîche (environ 18 °C) afin de réguler votre température corporelle et mieux respirer quand vous dormez ;
  • utiliser des draps propres pour éviter les mauvaises odeurs et les bactéries ;
  • réduire les sources de lumière et les risques de nuisances sonores qui pourraient perturber votre sommeil.

2. Adopter une routine du soir pour améliorer son sommeil

Vous avez compris comment mieux dormir pour être en forme le matin ? Il faut désormais habituer votre corps et votre esprit à basculer tranquillement vers le sommeil. Dans cette optique, votre deuxième axe de travail consiste à créer une routine du soir pour vous coucher dans de bonnes conditions et vous endormir sans difficulté.

S’accorder du temps pour se relaxer avant d’aller se coucher

Pour tomber dans les bras de Morphée et passer une excellente nuit de sommeil, vous avez besoin de vous coucher avec l’esprit léger. Ainsi, vous devez absolument vous relaxer au cours de votre soirée. En vous accordant ce moment de calme consacré à vous-même, vous éliminerez le stress de votre journée et gagnerez en sérénité avant de dormir. Afin de vous détendre, vous pouvez notamment :

  • faire une activité que vous aimez (lecture, musique, promenade, passe-temps créatif, etc.) ;
  • effectuer des exercices de méditation, de respiration ou de yoga ;
  • prendre un bain ou une douche (si vous utilisez l’eau chaude : minimum une heure et demie avant de vous mettre au lit pour que la température de votre corps puisse baisser) ;
  • boire une tisane aux vertus apaisantes ;
  • repenser aux meilleurs moments de votre journée ;
  • écrire vos ressentis, idées, objectifs, accomplissements et tout ce que vous avez besoin d’évacuer ;
  • etc.

Conditionner son cerveau avec des rituels pour s’endormir sereinement

Avant d’aller au lit, occupez-vous des tâches qui ne demandent pas beaucoup d’efforts, mais qui pourraient ralentir le début de votre prochaine journée. Par exemple, préparer vos vêtements, votre sac ou votre petit déjeuner la veille libèrera votre cerveau d’un poids. En étant certain de ne rien oublier d’important le lendemain, vous dormirez plus sereinement.

De plus, ce rituel s’avèrera bénéfique pour être en forme durant la matinée, puisque vous pourrez vous lever sans vous épuiser avec trop de choses à penser. Pour vous conditionner au moment du coucher, vous pouvez également répéter quelques gestes simples comme vous brosser les dents, vous mettre en pyjama, programmer votre réveil, éteindre la lumière, etc. Cette routine du soir deviendra le signe que vous être prêt à vous reposer pour recharger les batteries.

Gommer ses mauvaises habitudes pour mieux dormir la nuit

Si vous voulez bien récupérer pour être en forme le matin, vous devez éradiquer toutes les mauvaises manies qui pourraient perturber votre nuit. Ainsi, faites attention à votre alimentation ! Pour ne pas vous coucher en étant ballonné, vous devez notamment éviter les dîners lourds et tardifs. En effet, comme la digestion augmente la température corporelle, les repas copieux pris moins de deux heures avant d’aller au lit peuvent nuire à la qualité du sommeil.

Pour favoriser votre endormissement, arrêtez aussi la consommation d’excitants (café, thé, alcool, boissons énergétiques, épices, etc.) dès la fin d’après-midi. Les écrans qui émettent une lumière bleue sont également déconseillés à l’approche du coucher. Il est donc recommandé d’éteindre vos télévisions, ordinateurs, tablettes et smartphones une heure avant de dormir. Enfin, ne travaillez jamais dans votre lit ! Cet endroit est fait pour vous reposer et non pour stimuler votre cerveau avec des tâches professionnelles.

3. Créer des rituels du matin pour réussir à bien se réveiller

Vous avez bien dormi ? Pour être en forme le matin, vous devez aussi apprendre à vous réveiller correctement. Votre troisième axe de travail consiste donc à créer des rituels pour démarrer vos journées avec vitalité.

Que faire pour passer progressivement du sommeil à l’éveil  ?

Vous n’êtes pas du matin ? Pas de panique ! Grâce à quelques bons réflexes, vous pouvez réussir à vous lever sans difficulté et arrêter de commencer vos journées en courant après l’heure. Une astuce efficace consiste notamment à positionner votre réveil loin du lit pour éviter de vous rendormir lorsqu’il sonne. Eh oui ! S’il se trouve à l’autre bout de votre chambre, vous serez obligé de vous déplacer pour l’éteindre. Profitez-en d’ailleurs pour ouvrir vos rideaux et vos volets. La lumière du jour vous aidera à émerger en douceur.

Pour gagner en tonus et redynamiser votre corps, pensez aussi à :

  • réaliser quelques étirements ;
  • faire des petits sauts ;
  • boire un grand verre d’eau.

Si vous trouvez le temps, vous pouvez incorporer une séance de sport, de yoga ou de méditation à votre routine matinale. Ces moments sont parfaits pour se motiver à attaquer la journée. Ils vous permettront de booster votre énergie mentale et physique. Enfin, prendre une douche écossaise (eau chaude puis eau froide) améliorera votre circulation sanguine et vous donnera du peps pour être au top rapidement.

Comment prendre son petit déjeuner pour avoir de l’énergie le matin ?

Entre votre dîner et votre réveil, vous avez jeûné pendant plusieurs heures. Dès le matin, vous avez donc besoin de manger pour retrouver des forces. Mais, attention ! Afin de vous apporter l’énergie nécessaire au bon fonctionnement de votre organisme, votre petit déjeuner doit être équilibré. Ainsi, durant ce premier repas de la journée, prenez l’habitude de consommer :

  • un aliment riche en protéines (produits laitiers, œufs, etc.) ;
  • un mélange de fruits frais, secs ou séchés (également possible en jus, smoothie, compote, etc.) ;
  • des glucides complexes (pain complet, biscottes, céréales, etc.) ;
  • une boisson chaude (thé, café, chocolat, etc.).

Pour conserver d’excellentes dispositions mentales, rendez ce moment agréable en écoutant de la musique ou un podcast constructif. Évitez en revanche de gâcher votre plaisir avec des infos anxiogènes.

Être en forme le matin : le mot de la fin

Comment être en forme le matin ? Vous connaissez désormais les 3 axes de travail pour y arriver :

  1. Apprendre à mieux dormir ;
  2. Adopter une routine du soir ;
  3. Créer des rituels matinaux.

Appliquez les conseils donnés pour réaliser ces exercices et vous finirez par démarrer vos journées avec (presque) autant d’énergie que Flash !

Cet article vous a plu ? Partagez ! Pour aller plus loin en matière de développement personnel, je vous invite à télécharger mon livre blanc 15 min pour apprendre à libérer votre potentiel et à me suivre sur LinkedIn.

Comment tenir ses bonnes résolutions ? | 3 étapes décisives

Comment tenir ses bonnes résolutions ? | 3 étapes décisives

Vous avez décidé de commencer la nouvelle année en prenant de bonnes résolutions ? Vous êtes motivé comme jamais pour atteindre vos objectifs ? Félicitations ! Cette volonté de changement prouve que vous avez conscience de vos axes d’amélioration. Vous venez de franchir une étape importante vers votre épanouissement personnel. Et pourtant, n’avez-vous pas comme une impression de déjà-vu ? Combien de fois vous êtes-vous retrouvé dans cette situation sans aller plus loin ? Qu’en est-il des engagements que vous avez pris l’an dernier ? Si vous n’avez pas réussi à honorer vos promesses, il vous manque sûrement un cadre structuré pour établir un plan d’action efficace sur la durée. Comment tenir ses bonnes résolutions ? Découvrez les 3 étapes décisives pour respecter sa parole !

1. Choisir ses bonnes résolutions en étant honnête avec soi-même

Prendre des résolutions et s’y tenir : un challenge de taille, n’est-ce pas ? Modifier un comportement ou adopter un nouveau mode de fonctionnement n’est pas simple. Vous ne changerez pas votre attitude, vos pratiques et vos manies du jour au lendemain. Pour réussir ce travail long et difficile, vous devrez faire des concessions, bousculer vos habitudes et sortir de votre zone de confort. Alors, soyez honnêtes avec vous-même avant de vous engager sur ce chemin !

Éviter de se surcharger avec trop de bonnes résolutions à tenir

Au quotidien, il faut choisir ses batailles intelligemment pour être efficace. Personne n’est capable de se positionner sur tous les fronts. Face à ce constat, privilégiez toujours la qualité à la quantité en matière de bonnes résolutions.

En effet, se prendre pour Green Arrow en essayant de viser plusieurs cibles à la fois est la tactique parfaite pour se disperser, perdre sa concentration, gaspiller son énergie et se mettre une pression inutile. Si vous empruntez cette voie épuisante, votre cerveau et votre corps finiront par saturer.

En clair, plus vous tenterez d’en faire trop, plus vous risquerez d’exploser mentalement, physiquement et émotionnellement. Or, n’oubliez pas : le but de votre démarche n’est pas d’abandonner en cours de route, mais de tenir sur la durée !

Faire une introspection avant de sélectionner ses bonnes résolutions

Tenir ses bonnes résolutions demande énormément de conviction. Si vous n’êtes pas complètement persuadé que les changements apportés vous seront bénéfiques, votre état d’esprit ne sera pas productif et vous ne mettrez pas la détermination suffisante dans vos actions. Pire, en ne comprenant pas exactement vos intentions, vous serez incapable d’établir une stratégie efficace pour atteindre vos objectifs.

Avant de modifier vos habitudes, notez donc vos idées de bonnes résolutions et posez-vous les questions suivantes :

  • Ai-je vraiment envie de changer ?
  • Ai-je réellement besoin de changer ?
  • Pourquoi est-ce important pour moi ?
  • Suis-je en accord avec mes valeurs ?
  • Suis-je prêt à m’impliquer à fond ?

Faire attention à ne pas prendre de fausses bonnes résolutions

Bien réalisé, le travail introspectif vous aidera à éliminer les fausses bonnes résolutions. Comment les reconnaître ? C’est simple : ce sont celles que vous avez l’impression de devoir prendre, alors que vous n’êtes clairement pas prêt. Par exemple, imaginons que vous ne soyez pas sportif, mais que vous promettiez d’aller courir régulièrement avec un proche pour lui faire plaisir. Si cette démarche n’a aucun but défini, soyez-en sûr : vous risquez de craquer à la première courbature.

Dans la même logique, ne prenez pas de résolutions uniquement pour correspondre à la norme ou copier les autres. Il faut que votre volonté de changement réponde à un objectif personnel. À titre d’illustration, inutile de vous forcer à devenir végane juste pour faire comme vos amis. Pour adopter ce mode de consommation, vous devez croire en ses vertus et être en phase avec ses valeurs.

2. Bâtir un plan d’action efficace pour tenir ses bonnes résolutions

La meilleure méthode pour tenir ses bonnes résolutions ? Construire une stratégie claire et efficace qui répond à des objectifs précis. Dans ce sens, découvrez comment bâtir un plan d’action solide pour avancer progressivement sans vous égarer !

Décomposer ses bonnes résolutions en actions concrètes

Vous avez décidé de changer ? Alors, réfléchissez aux actions cruciales à entreprendre. Par exemple, si vous souhaitez perdre quelques kilos, il faudra probablement :

  • faire plus de sport ;
  • modifier votre alimentation ;
  • prendre les escaliers plutôt que l’ascenseur ;
  • privilégier la marche ou le vélo pour vous déplacer ;
  • etc.

En décomposant ainsi vos bonnes résolutions, vous mettrez en lumière les ajustements à effectuer dans votre vie quotidienne. Votre démarche deviendra alors moins floue et plus concrète.

Se fixer des objectifs SMART pour chaque action à entreprendre

Vous avez déterminé les nouvelles pratiques que vous adopterez pour tenir vos bonnes résolutions ? L’étape suivante sera de vous fixer des objectifs pour chacune d’elles. Dans cette optique, vous pouvez utiliser la méthode SMART, dont l’acronyme signifie :

  • Spécifique :
    • Que désirez-vous réellement accomplir ?
    • Pour quelle(s) raison(s) ?
    • Comment allez-vous faire ?
    • Où et quand ?
    • Quels sont les paliers intermédiaires à franchir ?
  • Mesurable en quantité (données chiffrées) ou en qualité (satisfaction, efficacité, transformation, cohérence, pertinence, etc.) :
    • À quel niveau placez-vous la barre de vos objectifs ?
    • Quels sont vos critères d’évaluation ?
  • Atteignable :
    • Avez-vous les compétences et connaissances nécessaires ?
    • Possédez-vous les ressources mentales, physiques et émotionnelles suffisantes ?
    • Êtes-vous équipé avec le matériel adéquat ?
  • Réaliste :
    • Avez-vous vraiment une chance de succès ?
    • Existe-t-il des paramètres qui rendent certains objectifs impossibles à remplir ?
    • N’êtes-vous pas trop strict envers vous-même ?
  • Temporel :
    • Quand passerez-vous à l’action ?
    • En combien de temps souhaitez-vous franchir les différents paliers ?
    • Quelle est la date butoir pour réussir à atteindre chacun de vos objectifs ?

3. Stimuler sa motivation pour tenir ses bonnes résolutions plus facilement

Au début, appliquer les astuces pour tenir ses bonnes résolutions semble facile. Les choses se corsent quand les premières difficultés commencent à apparaître. Pour ne pas baisser les bras, la motivation devient alors primordiale. Face à ce constat, voyons comment vous pouvez stimuler cette dernière pour respecter vos engagements et atteindre vos objectifs.

Rédiger une feuille de route pour avancer sereinement vers ses objectifs

Vous aurez besoin de structure si vous voulez tenir vos bonnes résolutions. Ainsi, rédigez une feuille de route en classant vos actions à entreprendre par ordre de priorité. Pour éviter de procrastiner, indiquez toujours un délai de réalisation. Grâce à ce travail, vous serez certain de ne pas oublier vos objectifs et pourrez mieux visualiser votre progression. Par exemple, si vous avez décidé de courir régulièrement, les étapes de départ pourraient être :

  1. Acheter une paire de baskets ;
  2. Déterminer un nombre de séances par semaine ;
  3. Identifier votre parcours ;
  4. Planifier vos sessions sur des créneaux fixes ;
  5. Faire votre premier footing.

Afin de vous mettre à l’œuvre rapidement, commencez par une tâche simple. Le plus important est de lancer la mécanique. Vous prendrez ensuite vos marques et une routine s’installera progressivement. Enfin, pour mesurer votre avancement et rester motivé, notez la date lorsque vous avez terminé une action.

Adopter un état d’esprit positif pour ne pas abandonner ses bonnes résolutions

Pour réussir à tenir ses bonnes résolutions, il est nécessaire de se conditionner mentalement. Tout commence avec les mots que vous employez. En effet, si vous souhaitez booster votre détermination, n’utilisez pas des formulations trop faibles comme « j’aimerais » ou « je vais essayer ». Affirmez-vous plutôt en disant « je veux » ou « je vais » ! Cette technique de langage persuasive vous aidera à repousser vos limites pour atteindre vos objectifs.

De plus, ne banalisez pas vos accomplissements ! Que ces derniers soient petits ou grands, l’essentiel est votre progression. Alors, savourez vos victoires ! Oui, encouragez-vous, félicitez-vous et récompensez-vous dès que vous franchissez un palier ! Cette attitude positive vous donnera la pêche et vous permettra de prendre du plaisir. Pour stimuler encore plus votre motivation, vous pouvez également ajouter une dose de ludisme en vous fixant des mini-challenges.

Évidemment, même avec énormément de volonté, vous n’êtes pas à l’abri d’un craquage. Si vous flanchez une fois, n’abandonnez pas ! Prenez plutôt du recul pour vous rendre compte de tous les efforts incroyables que vous avez fournis et des résultats que vous avez obtenus jusque-là. N’hésitez pas non plus à vous projeter pour visualiser les bienfaits de vos actions sur votre vie future. Ces deux exercices vous apporteront une énergie salvatrice pour persévérer.

Tenir ses bonnes résolutions : le mot de la fin

Comment tenir ses bonnes résolutions ? Vous savez maintenant quelles sont les 3 étapes décisives pour relever ce challenge :

  1. Être honnête avec soi-même ;
  2. Bâtir un plan d’action efficace ;
  3. Stimuler sa motivation.

Encore mieux, vous connaissez désormais les meilleures techniques pour y arriver. Cependant, n’oubliez pas : vous êtes face à une épreuve d’endurance. Pour atteindre vos objectifs, les super-pouvoirs de Yohann Diniz vous aideront davantage que ceux d’Usain Bolt. Alors, inutile de foncer tête baissée !

Cet article vous a plu ? Partagez ! Pour aller plus loin en matière de développement personnel, je vous invite à télécharger mon livre blanc 15 min pour apprendre à libérer votre potentiel et à me suivre sur LinkedIn.